Précarité

c’est le même piano encore
et j’y cherche mes mots
et aussi à briser
le grand dos de l’orgueil

le cheval était fort et blanc
et je me sors de cet hiver
avec quelques sabots de larmes

et là maintenant
ce même visage qui s’empare
du coulant de la pluie

toujours l’instant y trahit l’autre
que le temps y bouge

PHOTO : CE QU’ON NE VOIT JAMAIS VENIR – Montréal * Avril 2022

Une réponse à Précarité

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s