Gould au matin

La voix qui glisse.
La tienne d’abord.
Et puis la sienne, sur son piano.
Comme une rivière.
On parle à peine, sans trop savoir.
La vie qui s’invente sans nous.
Et les fleurs jaunes dans le carré avant.
Sur fond d’asphalte et de traits de soleil.

Photo : RUE LAURIER * Montréal – Septembre 2022

2 réponses à Gould au matin

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s