Montréal-la-tranquille

C’était avant-hier. Rue Laurier.
La première vraie chaude.
Ça fourmillait.
Comme ailleurs dans la ville.

Pour ceux qui ne connaissent pas,
c’est toujours comme ça à Montréal.
Les premières, j’veux dire.
D’un coup et en masses,
les ours sortent de leurs antres
et s’ébrouent gaiement dans l’air chaud.

On vit dans une ville tranquille.
La chance qu’on a.

Et au loin, encore discrète,
c’est ma montagne.
Euh, la montagne, pardon.

carolinedufour1513

Avant-hier donc,
je suis rentrée chez moi tranquille
en passant par la rue Laurier.

Épilogue…

Et tandis que tranquille
je peaufine ces lignes,
ma soeur m’envoie un triste envers.

Et de là, quand même encore plutôt tranquille
je pense à Paul Auster
et à ces autres mots de son même Constat d’accident :
« La richesse engendre la pauvreté.
Telle est l’équation secrète d’une économie de marché. »

Et je continue de savoir qu’il a raison.
Bien au chaud de ce printemps.
À Montréal-la-tranquille.

Répondre à Montréal-la-tranquille

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s