De constance et de rêve

Que des hommes aient pu construire
autant de milliers de kilomètres d’autoroute et de voie ferrée
m’a toujours impressionnée.

Je ne sais plus combien de fois au juste
j’ai traversé le continent d’est en ouest, et d’ouest en est.
Mais chaque fois, j’ai adoré faire cette longue route.
Tout comme j’ai adoré les journées passées à rouler en ligne droite
pour atteindre l’une ou l’autre des extrémités de cette grande terre plate
où l’horizon va sans fin.
Je parle du même bout de route où tant de gens m’ont pourtant dit s’être ennuyés.
Serions-nous donc si rares à rêver d’infinitude?
Pardon, je papillonne un peu ici. Mais pas tant.

Bref, tous ces chemins. Tout ce travail de bâtisseur. Un morceau à la fois.
Quand j’y pense, j’ai le sentiment de m’approcher de ce que l’humain a de plus beau.

carolinedufourcarrstlouis4Le CARRÉ ST-LOUIS s’est fait refaire une beauté, ça valait le coup – Octobre 2013

Répondre à De constance et de rêve

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s