Et tandis que ça sent l’hiver

J’ai lu ce matin la belle lettre à la mer qu’a écrite Mylène Paquette
après son long périple sur la grande eau.
J’ai ressenti une pointe d’envie à l’idée d’une telle traversée.
À l’idée de poser mon regard sur la vie et l’infini, loin de tout pendant autant de jours.

Ma vie est faite d’estuaires. Et d’autant de détroits.
De jours où l’espace se referme. Et d’autres où il s’ouvre grand.
Alors, vogues-y mon âme. Puisque tu le peux.

carolinedufourfleuveqc3Québec, sur les rives du fleuve – Janvier 2013

Répondre à Et tandis que ça sent l’hiver

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s