Oups, Gaby

Mon mononque, mon beau Gaby.
Toi et moi, on aura eu cinq ans de lundis.

Lundi dernier.
Je suis arrivée comme d’habitude vers onze heures.
T’étais au lit. Amoché. Trop pour continuer ainsi.
C’est fini, que tu m’as dit, en regardant ton corps.
Et l’ambulance. Et l’hôpital.

On verra maintenant pour la suite.
Un autre lieu.
Où y aura de la tendresse, j’espère.

BROCANTE - Août 2014, Montréal

BROCANTE – Août 2014, Montréal

Répondre à Oups, Gaby

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s