À ce qui tourne malgré nous

je te donne
exprès
comme on sert le café dans un matin à deux
tout ce que j’ai de mieux

le reste m’échappe

je souffle sur les draps
dans la beauté des heures

et sur mon chemin courbe
d’arbre et de dissidence
je cherche la tendre foule
derrière nos solitudes

et si j’aime le lac
et m’en ennuie, c’est vrai
la lumière sur la neige emporte ma langueur
il ne reste que le doux
de ma nostalgie de l’été

j’aime tant qu’on sache faire la gueule
aux mauvais rendez-vous

et les flocons qui tombent, là
sur le rythme
comme s’ils entendaient la musique

le ciel est rose au moment où j’écris ces mots

tout ça ressemble à l’important
au bel instable et aux grands vents

à ce qui tourne malgré nous


Photo : ROSÉ D’HIVER – Rue Beaubien, hier soir, dans un ressenti de -35 °C

6 réponses à À ce qui tourne malgré nous

  1. Il est très peu probable, en effet, que mon humeur ait une quelconque influence sur Lineakea ni sur ma rencontre, atomique, avec Andromède dans 4 milliards d’années. L’opposé, en revanche, laisse planer une nappe de brume poétique entre les eaux de mon cerveau. Merci, Caroline.

    Aimé par 2 personnes

  2. 'vy

    Et te relire avant de partir. Le ciel était rose au lever lorsque nous quittions le bois la dernière fois, alors j’ai pensé à toi, à ces mots que j’avais lus silencieusement. Te relire juste avant de partir… la ronde tourne et c’est bien, ainsi le rose du ciel se partage.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s