Slomo

c’est peut-être des clous dans ma tête
ou ma nature d’escargot
avec mon bonheur sur le dos

mon monde est plein paré de morts
et de dizaines d’ombres belles
je traîne aveugle mes amours
slomo dans le sable

l’idéal serait je suppose
que nos chairs s’étendent partout
nos désirs émaillés de temps
sans jamais qu’on faille à l’instant

avec une longue branche qui s’arrime
et un grand soleil dans le sang
je deviens poème en eau douce
juste en dessous du ciel

 


Photo – NOS AMOURS VAGUES * Juin 2020 – Montréal

4 réponses à Slomo

  1. Voici le début de quelque chose que je peux faire pour prendre soin de mon être : mains face à face, comme si je tenais un ballon. À l’expiration, apporter, ou concentrer, le sens du toucher dans la paume des mains. À l’inspiration, apporter le sens du toucher dans le dos des mains. Répéter trois ou quatre fois. En fait, je peux apporter le sens du toucher n’importe où et partout. C’est plus facile avec les mains qui sont bien innervées.
    Bise, douceur et sourire, chère Caroline de tout là bas.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s