L’esquive


J’ai mis l’hiver en équation dans des plaines de neige, profondes immaculées. Loin des visages amputés qui sapent la beauté des trottoirs.

Sur le ciel encore bleu,
la lune presque pleine.
Plus on descendait dans l’enclave,
moins le vent nous mordait.

Le froid ne sait qu’être fidèle,
à lui-même et à nous.
Sans compromis ni double jeu.
Quand on a marché tout son saoul
dans un grand froid d’hiver,
il fait bon de rentrer.

Ce matin ressemble à hier.
Plus tard j’irai sous le soleil
avaler les bords de rivière
autant qu’ils se laissent avaler.

Photo : ENCORE CE MÊME VERT – Petite Nation – Février 2022

5 réponses à L’esquive

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s