Vernix caseosa

J’ai revu la fille de mai.
La tête dans les épaules et les chevilles en feu.
Celles qui l’ont rejetée n’ont jamais dit pourquoi.
Comme si à chacune sa guerre.

Et toi cet amour qui t’effraie.

C’est tout ça et d’écrire. Les fenêtres et le vent.
Et les peaux neuves, qu’attendent les rivières.

Photo : CORPS, VERRE ET ROUES – Montréal * Août 2022

2 réponses à Vernix caseosa

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s