L’hiver vivant

la neige qui se dépose sur une couche de glace
respire, j’entends

sous le ciel blanc
la même scène, comme un théâtre encore
les voitures, les passants
l’asphalte bruni de neige sale

et ce matin la blanche qui avale le monde

et d’y voir des morceaux de route et de coeur
le lieu, l’immensité d’une rivière
et la chute –
sourde au battement des os

la beauté est un luxe aussi grand que la mort –
l’attente restée tienne et l’hiver vivant

Photo : Y REGARDER D’AILLEURS – 15 janvier 2023 * Montréal

8 réponses à L’hiver vivant

  1. 'vy

    Quand même, je me dis, j’aime lire ta poésie. Et je me surprends à y aller dedans à plusieurs reprises comme dans ces poèmes qui me nourrissent. C’est rare. Précieux. J’ai mes exigences. Ce texte me plait.

    Aimé par 3 personnes

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s