D’une absence

De détruire à mesure tous les petits morceaux. Comme on fonçait l’hiver sur des grands bancs de neige. Il fallait être enfant, tu dis. 

Je botte encore souvent de gros cailloux de glace. 

Peut-être que je ressemble à celle qu’elle a été. Des habits noirs, dehors et en dedans. Sans doute le perméable. Et le coeur mis aussi pour laisser tomber la bâtisse. La peau comme les morceaux de pierre.

Sept soupirs au moins, et je sais qu’il entend. Comme des gouttes échappées sur une toile de mer. Cette histoire d’aimants, de fragile et de fort. Et d’y courir autant après le même soleil.

C’est peut-être le froid du monde, ou celui de janvier. Ou simplement ma tête, qui fait peine de tout doute. 

T’avais quand même cent fois le droit de changer de trottoir.

Photo : LAURIER VERS L’EST * Janvier 2023 – Montréal

5 réponses à D’une absence

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s