Fausse charade d’un samedi de printemps

Mon premier est humain.
Mon second est arbre.
J’aime les seconds.
Et la plupart des premiers.
Avec un fort penchant pour ceux
qui ne se prennent pas pour mieux que les seconds.

La neige était mouillée jeudi.
Il nous fallait garder les yeux sur le chemin
pour ne pas plonger le pied dans une sloche trop profonde.
Mon amie n’avait pas les bottes qu’il fallait.
Elle débarquait d’Europe, et n’avait pas mesuré la danse du temps.
Belles, ses bottes, mais pas les bonnes.
On s’est rencontré au pied, et elle m’a dit let’s do it anyway.
Moi, j’en avais mis des vieilles, trop lourdes, en gros caoutchouc épais.
Je sais, je procrastine, je n’ai pas encore remplacé mes autres.
Mais l’air, oh l’air! tellement il était bon.

carolinedufourmarcheuravril2cL’HOMME PARMI LES ARBRES – Sur le mont Royal, Avril 2014

Répondre à Fausse charade d’un samedi de printemps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s