D’un matin d’été

y a qu’à voir ce que le noir apporte, me disait-elle
et la couleur éclate

les plantes ont reçu dans la nuit
ce qu’il leur fallait de pluie
la terre est gorgée d’eau
le ciel s’est éclairci

et nos tendres façades, et ce coeur
qui de mille manières se cache des autres coeurs
si pareils pourtant

Photo : ONZE SOEURS ET LEURS PARENTS – Env. 1933 * Montréal
(ma mère est la petite qui tient les mains d’une plus grande)

8 réponses à D’un matin d’été

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s