Corps et baraques

et la faille évidente de mon ventre courage
comme des vents de mémoires sur des baraques usées
des morceaux de miroir dans un monde agité

L’embrun comme un ami venu à la rescousse.
Et toujours le poème pour pénétrer le jour.

Pour tout ce qu’on y sent jusqu’au bout de nos corps.
Tout l’amour qui s’y cache que nous n’entendons pas.


Photo – FILLE ET MUR * Hier – Montréal

5 réponses à Corps et baraques

  1. C’est exactement cela, « des morceaux de miroirs dans un monde agité ». Abandonner l’image bien nette et qui rassure et se confier à la complexité et à l’infinitude.
    Douceur et sourire d’outre océan, Caroline.

    Aimé par 1 personne

  2. Et se réveiller le matin,
    Recevoir tes mots,
    Les savourer, doucement,
    Comme une étreinte d’errance..
    Se laisser bercer par eux,
    En buvant encore un café,
    Et ce regard,
    Si fort, par delà le mur…
    Merci, tendre toi

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s