Brume et contrebasse

Je m’habille et me déshabille.
D’autant de mots, c’est tout.

Sur contrebasse seule.
Comme une berceuse pour l’âme.

Un peu tôt pour la vigne peut-être.
Tant qu’il n’y a pas costume, dit-on.

C’est gris dehors. Il y a brume.

Brume et contrebasse.
Tiens, elles vont bien ensemble.

Photo – ARRÊT DE BUS – Plus tôt aujourd’hui, en remontant De Lorimier – Montréal 2020

No more posts.