Nos amours dérivés

Des envolées tziganes sur mon petit matin.
Avec par la fenêtre le sang grisant de l’automne.

C’est tout l’envers encore.
Et de m’y voir sans rien à perdre.
Devant la ligne qui s’épaissit.

Tu jongles avec les mêmes choses, me chante la vieille.
Cette même hésitation, légère comme la mort.
Et aussi langoureuse qu’un violon de bohème.

Mais d’y tracer encore mes yeux.

Photo : DANS L’AIR TIÈDE * Octobre 2021 – Montréal

Une réponse à Nos amours dérivés

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s