L’insoutenable légèreté de l’être

Ça y est. C’est parti.
On a eu la première vraie de l’hiver.
Une belle grosse bordée.

Dehors, tous pris dans la même histoire,
les gens se sourient davantage.
Les « drames », même petits, sont rassembleurs.
N’est-ce pas d’ailleurs l’absence de vrais drames collectifs
qui fait que l’individualisme résiste si bien
dans ce coin-ci de la planète?
La vie, pour beaucoup d’entre nous dans cette ville,
relève d’un quotidien sans trop d’écarts.
Et les tempêtes de neige, en bons petits drames de rien,
nous ramènent un peu dans le monde.
Avec des tonnes de flocons blancs.

carolinedufourneigeLA PREMIÈRE VRAIE BORDÉE – 15 décembre 2013 – Rosemont (Montréal)

Répondre à L’insoutenable légèreté de l’être

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s