Le mal-aimé

la culture dominante
ne l’aime pas trop
lui qui fait rêver d’autres lieux
fait prendre d’autres chemins
en beau grand débridé qu’il est
il tire l’âme hors du rang
vers des ailleurs sauvages
où l’amour et la gloire
prennent d’autres formes

carolinedufourfibusma

UN BUS LA NUIT (L’imaginaire) – Montréal, il y a deux jours

12 réponses à Le mal-aimé

  1. 'vy

    Si on sait l’écouter l’âme aime être tirée vers des ailleurs sauvages. Et moi, j’aime ces mots-là, particulièrement, parce qu’ils me tirent à eux, m’enrobent, m’interrogent, me chavirent, me ravissent et m’avivent. Et aussi tes hauts lieux de l’imaginaire, j’y sens tellement la même ambiance que dans le métro en fin de soirée. Une zone ouverte.

    Aimé par 1 personne

  2. « Les hauts lieux de l’imaginaire », d’un bus à l’autre, d’un visage au secret qui l’éclaire, la poésie, comme une aventure …
    Merci, Caroline pour ce texte qui s’attarde sur le moment, l’instantané d’une rencontre … et c’est si joliment tourné …

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s