L’ultime caresse

tout ce qui sert à vivre
entre l’amour et le manque

haut par-dessus les toits
un oiseau vole seul
contre le bleu parfait du ciel

la neige d’hier qui est restée
c’est à prendre ou à laisser

j’irai voir G
j’irai marcher
guetter la fièvre de ma ville
marquée par son hiver
je t’ai dit quatre, mais c’est cinq
cinq mois qu’il dure

et tout ce qui dort dans le froid
en attendant que le vent tourne

Photo : RUMEURS D’HIVER ou WINTER RUMOURS – Avant-hier * Montréal 2019

4 réponses à L’ultime caresse

  1. « tout ce qui reste à vivre
    entre l’amour et le manque »
    l’errance, tendre caroline,
    comme toujours l’errance
    et sa beauté..
    beauté parfois rude,
    beauté parfois brut,
    beauté parfois si douce…
    je vous souffle, à toi et à G.
    un peu du doux vent printanier d’ici,
    par dessus la grande bleue,
    avec la grande-bleue…

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s