Tressaillements

d’être debout dans le jardin
même d’automne
avec les cris de ton enfance
et ton désir désespérance
même dans tes jours de mal de vivre

c’est chaud les larmes
chaud comme le rire

et si demain se passe ailleurs
souviens-toi
qu’on aimait mieux le doux
dans nos morts et nos déchirures
le doux
comme sur la joue par un souffle d’automne
et comme la feuille qui s’abandonne
dans le mouvant du ruisseau

carolinedufourmrcobpelhr

LA PENTE CLAIRE – Sur le mont Royal, mi-novembre 2016

7 réponses à Tressaillements

  1. oh oui, oui, le doux, caroline…..mille fois oui à la douceur dont j’aime m’entourer, en pensée, dès que le rude pointe son nez…….merci pour ce *doux* lu, vu et entrevu chez toi, caroline………

    Aimé par 1 personne

  2. déjà, il y a un bout de temps déjà, novembre, c’était pour moi le temps le plus difficile de l’année, la déprime… puis depuis quelques années, depuis la retraite, novembre est devenu une période agréable de l’année, l’avant, avant l’Avent, avant la neige, doux certes, avec le changement climatique, mais ça c’est une autre histoire ( déprimante )

    « … comme la feuille qui s’abandonne … », c’est beau

    Aimé par 1 personne

  3. Lectures au Coeur

    Beaucoup de belles choses, Caroline, dans ce poème à fleur de peau.
    Quelque chose est en train de naître … et c’est formidable.
    Belle semaine, Caroline !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s