Tellement vaste, le temps

Touche-moi, dit-elle à l’aube.
Même juste me frôler
comme un souffle de verre.
Coulé par le grand ciel
envers et malgré nous.

S’accrocher, tu me dis.
Bien sûr au tendre jour.
À l’érable qui berce
le lieu de nos amours.

Pareil pour la vague,
celle-là même qui se brise
juste avant d’être au sable.
Bien sûr la tendre rive,
et la mer qui rend tout.

Si vrai que dans mon corps
se dilate mon âme, sinon que
dans mon âme se dilate mon corps,
ma peau y sait le drame.
Et qu’à défaut de vite,
on ira lentement.

Le temps est tellement vaste
qu’il tient de quoi se perdre
et de quoi se trouver.

 


Photo – LE MATIN EN MONTÉE * De la cuisine, 7h06 – 12 avril 2020

9 réponses à Tellement vaste, le temps

  1. Mesure soumise et libre
    le paradoxe état soeur

    A faire: se dilate
    Attendu: se rétracte
    Fait: divers

    Enfant qui n’a pas grandi
    j’ai pas coûté cher en habillement
    je suis à l’heur de mon premier costume marin..
    N-L

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s