L’errante

de ce désir
d’être tout à la fois
d’irriguer les fleuves lointains
et les rivières d’ici
parle-moi, Marguerite
qu’un peu mieux je me vive
dis-moi, comment
t’as laissé faire le temps?
et elle de répondre :
au fil des élégances et des enfargements
avec mon sourire narquois, et ma tête posée
tout près des branches mortes
c’est l’histoire qui se fait, comment lui en vouloir
d’autant que dans l’errance, j’ai pu bercer son âme
mais la sincérité
les corps
comment sait-on qu’on aime?
quelle importance, me dit-elle
tout va tellement vite
dans le sang et dans la beauté

Photo : MONDES * Juin 2021 – Montréal

Une réponse à L’errante

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s