Mais les oiseaux

Par le vert-de-gris de la neige
sur le bassin gelé,
je sais que le temps est plus doux.
Oxyde de chrome, que D. m’a dit.

Me revoilà dans la tempête
à courtiser les muses,
cherchant dans l’écorce du pin
le creux où mon corps lui ressemble.
Je n’y suis pas. Ou à moitié, dis-tu.
Mais les oiseaux, et je respire.

Tout ça est sous la peau, je sais.
Les zones cuirassées. La nuit qui me rattrape.

Je suis faite de nous par milliers de morceaux.
Comme celui où j’avance dans la beauté du jour.

Photo : UNE PENSÉE POUR K – Petite Nation – Février 2022

2 réponses à Mais les oiseaux

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s