Réfractions

C’est la nuit, mais la neige, dit Théa. 

Une manière comme une autre de parer aux trous noirs. Elle sait bien que là-bas, tout s’étale comme une ombre dans le sens du non-sens. Et la folie de dire et de taire.

La chambre est petite, mais Théa s’y trouve bien. Elle y brasse l’espace, promène les couleurs, aligne ce qui lui semble louche. Et dessine un tabou en tatou sur les heures. Ou le contraire peut-être. Regarde la couleur de la neige, me dit-elle. Plus bleue que le bleu de tes yeux.

Je garderai d’ici les images les plus belles du ciel et de la neige et de tous ces oiseaux. Et des cerfs qui traversent la rivière à gué.

Les despotes sont aveugles à la beauté du monde.

PHOTO : LA CARESSE DU CIEL – Petite Nation – Mars 2022

5 réponses à Réfractions

  1. Oui Caroline…depuis bien longtemps (je vais sur 74) je pense comme vous, mais vous l’avez exprimé divinement

    M’autorisez- vous cependant à vous citer ?
    Les despotes sont insensibles à la beauté du monde

    Oui la neige est bleue !

    J’aime

  2. Bonjour, j’ai vraiment aimé la description et le vers final : « Les despotes sont aveugles à la beauté du monde ». C’est même plus, peut-être : c’est un peu comme s’il y avait des gens capables de regarder le monde, les paysages, les villes, les personnes et, en même temps, d’imaginer la ruine de tout et de tous… Mais c’est bien de montrer cette beauté face à laquelle les despotes sont si aveugles.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s