Comme un désir

De ce qui me tue chaque jour
pour me garder vivante.

m’y revoilà encore
devant le matin immobile –
les grains de neige et les oiseaux
dans la lumière entre les cils

j’ai mis mon foulard à sécher
à l’endroit le plus chaud

et je cherche encore la grive –
comme un désir de toute une vie

le beau visage dans la glace
juste en amont du pont –
c’est de lui dont tu parles?

Photo : DENTELLE D’HIVER – Petite Nation – Février 2022

Une réponse à Comme un désir

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s