Mon amie montagne

T’as même mis sur mon chemin
une grosse pomme de route bien gelée
que j’ai bottée sur quelques pas
au vent de mon coeur plus léger.

Tu me manquais, montagne.
Trop de choses,
moins de temps,
et ça y est,
j’oublie.
Dans le survol des apparences
je perds un peu la boussole,
attirée pendant trop de jours
par ma seule gravité.
Par chance, tu es fidèle au poste.
Je voulais ta densité
ton silence
ta plénitude.
Je les ai trouvés.

carolinedufourecorce 1500LUMIÈRE DE MARS – Sur le mont Royal, Montréal 2014

Répondre à Mon amie montagne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s